Shattered Nations

Shattered Nations

Shattered Nations devait être un jeu de stratégie futuriste post-apocalyptique. On plante le décor en quelques mots : tout se passait très bien dans l'univers, puis ce fût tout à coup un beau bordel, et c'est à ce moment-là que vous preniez le contrôle des opérations.Annoncé par Blizzard en 1995, le titre a rapidement disparu de la circulation et on ne sait finalement que peu de choses à son sujet. 

Votre but était de maintenir l'espèce humaine en vie et de la (re)développer petit à petit afin d'en faire une puissante nation. Le jeu tenait compte d'une ribambelle de choses comme l'économie qui se serait développée en parallèle avec les différentes technologies (re)découvertes suite à l'holocauste.



De nombreuses unités pouvaient être contrôlées, généralement équipées d'armes futuristes comme l'infanterie qui disposait de lasers. Les neurones des joueurs auraient été mis à contribution notamment à cause des différents niveaux de gestions (de quelques unités à la guerre à grande échelle), mais vous auriez également dû tenir compte de la croissance démographique et de la politique.

Le mode multijoueur n'était pas oublié et Shattered Nations devait supporter le jeu via modem, direct link ou réseau local. Parmi les autres petites options, on notait le très populaire "spawning" de l'époque, lequel permettait de jouer sur plusieurs PC à partir d'un seul CD.

Shattered Nations devait sortir fin 1996 pour Windows 95 mais tomba rapidement dans l'oubli. De son côté, Blizzard se concentra sur le développement d'autres titres comme Diablo, puis StarCraft.


Cette page a été mise à jour le 5 avril 2019 à 16h54
Cette page a été créée le 1 avril 2019 à 22h56
Aucun commentaire - [Poster un commentaire]


Il n'y a pas de commentaire. Soyez le premier à commenter cet article !

Poster un commentaire

Vous devez vous identifier pour poster un commentaire.
Ne pas manquer
Nombre de visites sur l'accueil depuis la création du site Legends : 149.852 visites.
© Copyright 1998-2020 JudgeHype SPRL. Tous droits réservés. Reproduction totale ou partielle interdite sans l'autorisation de l'auteur.